Visite virtuelle

1 / 17

L'Antiquaille Espace Culturel du Christianisme à Lyon

Un parcours aménagé de 15 salles au sein d'un morceau d'Histoire lyonnaise ...

Salle 1 : De Lugdunum à Lyon

A la fin du IIème siècle, l'empire romain est à don apogée. Lugdunum en Gaule est une capitale économique et politique.
En 177 éclate dans la cité la première persécution connue d'une communauté chrétienne en Gaule.

Salle 2 : Premiers signes chrétiens

Dès le IVème siècle à Lyon comme à Vienne des signes "codés" apparaissent sur des sarcophages ou des épitaphes. Souvent repris de la symbolique païenne, ils expriment l'appartenance du défunt au christianisme.

Salle 3 : Une nouvelle religion, le christianisme

Jésus de Nazareth est à l'origine d'une religion, le christianisme au nom de laquelle sont morts les martyrs de Lyon.

Découvrez les "fondamentaux" de cette religion sur six tables lumineuses.

Salle 4 : La galerie de la mémoire

Une animation sonore et lumineuse qui donne aux visiteurs plus d'informations sur les martyrs de 177 et leur impact dans les traditions lyonnaises.

Salle 5 : Le "cachot de saint Pothin"

Étroit réduit à l'entrée d'une grotte creusée dans la colline antérieurement aménagée, devenu sanctuaire vénéré des fidèles depuis le XVIIème siècle. Sans être archéologiquement avéré, il est légitimé par le témoignage de la lettre. Comme la crypte, cette salle est classé et a été restaurée par les Monuments Historiques.

Salle 6 : La crypte des mosaïques

Restauré, ce remarquable ensemble artistique de la fin du XIXème siècle, contemporain de la basilique de Fourvière, illustre comme en une bande dessinée le cortège des 48 martyrs dont Pothin et Blandine.

Salle 6 (détail) : La mosaïque de sainte Blandine

Salle 7 : D'Irénée à l'an 1000

A la fin du IIème siècle, saint Irénée succède à saint Pothin. Une nouvelle ère s'ouvre pour le christianisme par l'octroi de la liberté de culte en 313 par Constantin.
Du IVème siècle à l'an 1000, cette religion se diffuse dans tout le territoire qui deviendra l'Europe.

Salle 8 : Moines d'Orient et d'Occident

Dès 324, à la fin des persécutions en Orient, tout au long du haut Moyen Âge en Occident, naissent des formes de vie monastiques multiples et adaptées aux besoins, aux lieux et aux époques.

Salle 9 : La chrétienté byzantine

En 330, Constantinople est élevée au rang de la capitale au même titre que Rome et devient le centre de la Chrétienté byzantine. En 1453, l'empire byzantin s’effondre sous les coups des Turcs mais il a laissé un prestigieux patrimoine dont héritent les églises orthodoxes.

Salle 10 (escalier) : L'Occident chrétien médiéval.

Salle 11 : Du monde visible au monde invisible.

la vision du monde médiéval repose sur quelques points communs exposés dans cette partie du parcours.
Au mur, une grande fresque du célèbre peintre lyonnais Louis Janmot : La Cène, 1844-1846.

Salle 12 : La vie comme un pèlerinage

Le pèlerinage symbolise concrètement la marche du chrétien sur terre. Les croisades (1096-1291) sont, à l'origine, déclenchées par les obstacles rencontrés pour se rendre en pèlerinage à Jérusalem.
D'autres notions de la chrétienté médiévale sont abordées sur les cimaises de cette grande salle.

Salle 13 : Foi et raison

Foi et raison sont en interaction permanente. L'activité intellectuelle est considérable et suit l'épanouissement de la chrétienté.
Des écoles monastiques aux écoles-cathédrales, sous l'autorité des évêques au XIème et XIIème siècles, on parvient aux écoles urbaines de maîtres indépendants jusqu'à la création d'universités comme à Paris en 1231.

Salle 14 : Art et spiritualité

L'art et la foi collaborent harmonieusement à l'édification d'une société chrétienne, dans l'architecture, la sculpture, la musique, le vitrail, les fresques, la peinture et l’orfèvrerie. Un film de 20 minutes vous plonge dans ses évolutions.

Salle 15 : Vers des temps nouveaux

Au XVIème siècle l'imprimerie, qui fait de Lyon une capitale européenne, marque une révolution. Les grands humanistes œuvrent à une lecture nouvelle des "Écritures saintes". Un désir généralisé de réformes dès le XIVème siècle n'aboutit pas. Il conduit à une rupture doctrinale et à la division de la chrétienté au XVIème siècle entre protestants et catholiques.

Aujourd'hui, le christianisme réunit les trois confessions : orthodoxes, catholiques et protestants s'efforcent de vivre ensemble dans le même héritage grâce aux artisans de l’œcuménisme.

Aliquam consectetur vel, tempus ut leo ultricies Praesent libero fringilla